Logo Les Wilds

Les Wilds: un voyage pour un changement de vie

Escales

Arenys de Mar

image auteur

21/08/2019

Image intro article

Après une heure de moteur depuis notre départ de Sant Feliu, on se détend. A priori, on ne perd plus d’huile.
Mais… Si, si, il y a un mais, l’étrange bruit métallique recommence, comme pendant la traversée. Sauf qu’on n’arrive pas à l’arrêter, même au point mort, il est présent. Heureusement, le vent est de la partie et l’on peut continuer à la voile. On choisit de faire escale à Arenys de Mar, car ils ont de la maintenance Volvo et une darse pour sortir le bateau si le problème nécessite une sortie d’eau. Au point où l’on en est avec ce moteur, on peut tout imaginer.
Le vent nous amène à l’entrée du port et l’on peut s’amarrer au moteur sans autre problème que ce fichu bruit, qui s’arrête comme par magie à l’entrée du port.
Après avoir pris contact avec notre mécanicien de Marseille, il nous conseille d’aller faire des tests en mer et de lui enregistrer ce bruit. Il nous demande également d’aller vérifier si l’hélice ou l’anode bouge. De toute façon, on doit aller au mouillage pour tester le dessalinisateur, donc pourquoi pas.
Après ces tests, il n’y rien d’anormal sous la coque, le problème est donc bien dans le moteur. En discutant avec notre voisin de ponton, un Français qui vit dans la région, il nous recommande Raoul, de la société Motor Nautic. C’est un spécialiste Volvo et il devrait pouvoir résoudre notre problème. Il nous faudra patienter quelques jours, car on arrive au 15 août et ici c’est férié pour tout le monde. On en profite pour se reposer. On a même une piscine dans la marina, le luxe.

En ville, c’est concert et cortège. Ambiance assurée pour les festivités de la mi-août, et l’on en profite bien, tapas, patatas bravas y cerveza…
Le littoral est magnifique, des kilomètres de plage, aménagés avec des paillotes pour se ravitailler et des sauveteurs comme dans alerte à Malibu. Mais si ! On en oublierait presque nos petits ennuis techniques, car le dessal ne fonctionne pas non plus. Ça semble la règle sur ce début de voyage, rien ne se fait du premier coup.
Bientôt une semaine que nous sommes là, Raoul est venu sur le bateau et après des essais en mer, le bruit terrible recommence toujours plus fort. Il confirme qu’il y a une pièce qui se balade et qu’il faudra certainement découpler le moteur de l’inverseur. Un gros boulot, qui va coûter une blinde. On n’a pas trop le choix.
Après démontage, le diagnostic est sans appel, le montage a été mal fait à Marseille avec des pièces inadaptées. Les rondelles étaient trop grosses, et empêchaient le damper de travailler correctement. Quatre des six vis qui tenaient cette énorme pièce, qui assure la liaison moteur-inverseur, ont cassé net. Encore quelques heures de moteur, et on bousillait tout. On a de nouveau eu du bol, même si le porte-monnaie commence à ramasser…
Merci encore à Raoul et Armando, pour le super travail qu’ils ont effectué en 24 heures pour nous permettre de reprendre la mer au plus vite.

Image intro article

Une place de ponton parfaitement calme

Image intro article

C'est la fête tous les soirs à cette période

Album photo

Retour aux news

Palmier
. . .

Retour aux news

Palmier
. . .
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x